Vacance locative : si on en parlait ?

Édito du président
Paru dans 25 millions de propriétaires • N°mars 2020

Vacance locative : si on en parlait ?

Le ministre de la Ville et du Logement, Julien DENORMANDIE, a annoncé un plan visant à réduire la vacance locative des logements en zones tendues. Saluons d’abord la démarche incitative entreprise, sans que soit brandi avec facilité le bâton de la sanction et la création de nouvelles taxes. Ce serait évidemment inefficace. Les taxes sur les logements vacants en sont l’illustration parfaite. Les propriétaires ont avant tout besoin d’une stabilité législative et fiscale.

La réquisition, spoliation de la propriété privée, n’est pas engagée. La tentation aurait pu être grande en période électorale. Nous poursuivons le dialogue constructif initié par le ministre pour comprendre, aider et informer les propriétaires qui ne veulent ou ne peuvent plus louer leurs logements.

La confiance des investisseurs et la capacité à entretenir les biens sont deux axes de préoccupation centraux. Les impayés de loyers et les dégradations locatives sont certes minoritaires, mais les effets sont dévastateurs. Longueur et coût des procédures sont, à raison, dans tous les esprits. La sensation de justice devrait prédominer les rapports locatifs.

Rappelons que la proposition de loi Nogal vise à confisquer le dépôt de garantie au profit des administrateurs de biens. Ce projet est perdant-perdant : pour les propriétaires comme pour les locataires. Le sentiment d’impuissance des bailleurs privés à l’égard des locataires indélicats serait évidemment renforcé, au détriment de tous les autres locataires. Pourquoi s’attaquer au dernier outil de sécurisation des propriétaires, à quel coût de gestion, et au profit de qui ?

Enfin, rappelons que le sujet de la vacance locative subie est central. La fiscalité grandissante, couplée à l’incertitude législative, ont mis un coup de frein aux travaux réalisés entre chaque location. C’est une de mes préoccupations principales. Je l’ai rappelé au ministre de la Ville et du Logement Julien DENORMANDIE. Le parc privé est concurrencé par le parc public où la vacance – sujet taboue – est également importante. De nombreux propriétaires ne louent pas faute de candidats locataires sur plus de 70% du territoire.

Le ministre a une démarche volontariste pour solutionner la question de l’offre locative en zone tendue (aides à la rénovation, sécurisation des revenus locatifs avec VISALE pour les moins de 30 ans). La fédération est à sa disposition pour faire avancer la question préoccupante de l’offre locative sur le reste du territoire.

Nous avons été promoteurs du dispositif DENORMANDIE dans l’ancien de réhabilitation des logements, poursuivons ce travail.

Christophe Demerson
Président de l'UNPI
@DemersonUNPI
 

Recevez gratuitement le dernier numéro
de la revue 25 Millions de Propriétaires

Une revue pour :

  • Gérer au mieux votre patrimoine ;
  • Protéger vos intérêts privés ;  
  • Bénéficier de conseils pratiques